vendredi 12 mai 2017

Zabou Breitman et l’antisémitisme

Le 27 février 2014, Isabelle Breitman, alias Zabou, montait à la radio avec Laurent Laffitte un sketch idiot intitulé « La femme qui hésitait à s’installer en Israël ». Les deux comédiens y débitaient toute une série de stéréotypes négatifs sur Israël, et il était difficile de savoir s’ils étaient censés sen moquer ou s’ils se complaisaient à les colporter. Des imbéciles ont cru pouvoir s’autoriser du nom de l’actrice pour incendier ceux qui osaient émettre une critique.
Aussi inattendu que cela puisse paraître, la belle actrice brune, petite-fille de déporté juif, qui porte un nom typiquement ashkénaze et qui a joué dans « Cuisines et dépendances » avec Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, n’est pas juive. 

Le magazine en ligne Femme actuelle a publié le 28 avril 2014 une interview de Zabou Breitman à propos du film 24 jours… dans lequel elle incarne la mère d’Ilan Halimi. En voici un extrait, à propos d’une accusation à tort dont elle avait été victime dans sa jeunesse : 

« Un jour, un homme m’a dit : « De toute façon, vous aimez l’argent, ça ne m’étonne pas. C’est quoi votre vrai nom, déjà ? » C’était en 1982, et cet homme était Jean-Marie Cavada. » 

Maurice Barrès disait : « Que Dreyfus soit coupable, je le déduis de sa race. » QuIsabelle Breitman soit coupable, Jean-Marie Cavada le déduisait de son nom.

Continuons : « J’ai été stupéfaite et j’ai mis quinze ans avant de retrouver mon nom. Tous les jours, j’y pensais. Je me répétais qu’il fallait que je reprenne mon nom, par principe, même si je ne suis pas juive. Mon père est fils d’un père juif et d’une mère française du Mans, sans aucune origine juive. Ma mère est québécoise de confession catholique. » 

Comme disait Shakespeare, « Whats in a name ? »

mardi 9 mai 2017

Brzezinski, pas plus juif que Rockefeller

Zbigniew Brzezinski fait partie, avec Henry Kissinger, David Rockefeller et Jimmy Carter dont il a été le conseiller, des fondateurs de la Commission Trilatérale, un organisme émanant du groupe de Bilderberg. On peut soupçonner que l’influence de ces messieurs sur la marche du monde n’a pas toujours été très positive, mais pour un certain nombre de détraqués, Rockefeller et Brzezinski seraient juifs, et ceci est sans doute censé expliquer cela.
 
J’ai montré que contrairement à ces racontars grotesques, David Rockefeller n’était absolument pas juif, et que ses ascendants non plus ne l’avaient jamais été. 

Il en est de même concernant Zbigniew Kazimierz Brzezinski, qui est issu d’une famille noble polonaise. Son père, Tadeusz Brzeziński, né à Zloczow, était diplomate. Il fut en poste en Allemagne de 1931 à 1935, puis en URSS, après quoi il fut consul général à Montréal et devint un membre éminent de la communauté polonaise de cette ville.

Il semble que Tadeusz Brzeziński ait participé à des tentatives de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui pourrait aussi alimenter la légende de la judéité de son fils.

Or, les funérailles de Tadeusz Brzeziński ont eu lieu à l’église Saint-Wojciech de Montréal. Par ailleurs, rien n’indique que son épouse, la mère de Zbigniew, née Leona Roman, aurait eu des origines juives.

L’hostilité croissante de Zbigniew Brzezinski envers Israël n’a rien de secret. Certes, il en est de même de certaines personnalités juives influentes, mais de là à exprimer des préoccupations particulières pour la Pologne et l’Ukraine, il y a un monde.

Surtout, on sait aussi que dans ses activités politiques, l’ancien conseiller de Carter s’est appuyé sur ses origines polonaises, mais tout autant sur sa foi catholique, pour établir des relations directes entre la Maison-Blanche et le Saint-Siège. 


Sources : Wikipedia (angl.), apnewsarchive.com, John Bernell White Jr.

jeudi 4 mai 2017

Richard Bohringer, Juif improbable

Nous vivons une époque où, en France, il suffit d’être connu et de porter un nom à consonance germanique pour que des gens se mettent à affirmer que vous êtes juif. C’est le cas de Richard Bohringer, comme de nombreuses autres personnalités auxquelles ce blog est consacré. C’est tellement inepte que je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer.

Bohringer : nom allemand désignant sans doute celui qui est originaire de Böhringen, localité de Bade-Wurtemberg proche de Constance.

Richard Bohringer a arrêté sa scolarité en sixième. J’admets que cela ne suffise pas au lecteur pour conclure que le comédien n’a jamais été juif, et je l’invite donc à poursuivre sa lecture.

Quelles sont les origines de Richard Bohringer ? Tout le monde peut trouver la réponse sur Internet en moins de temps qu’il en faut pour l’écrire.

C’est l’histoire d’un officier de l’armée allemande qui participe à l’invasion de la France durant la Seconde Guerre mondiale. Il y rencontre une jeune Française avec qui il a une relation. La jeune femme tombe enceinte de lui, et après avoir accouché elle abandonne son bébé à sa mère et le couple s’enfuit en Allemagne. Cela se passe en 1942.

Qui pourrait imaginer qu’un Juif allemand soit enrôlé dans l’armée d’Hitler, participe à l’entrée des troupes en France, pour ensuite « s’enfuir » en Allemagne ? Pour s’y enfuir ! En 1942 ?

Qui pourrait imaginer, à cette époque, une Juive française qui se serait liée à un soldat allemand et qui abandonnerait son bébé pour partir avec le père en Allemagne ? En 1942 ?

La photo ci-dessus est la sixième image que ma proposé Google pour la requête constituée de ces quatre chiffres. Elle a été prise au Vélodrome dHiver, à Paris. 

Un petit bonus pour terminer : le père de Richard Bohringer s’appelait Richard Bohringer, et le troisième enfant de Richard Bohringer s’appelle Richard Bohringer. 


Sources : Wikipedia, geneanet.org, gala.fr, histoire-fr.com