vendredi 3 février 2017

Maurice Jarre ne s’appelait pas Moshé

Suffirait-il que vous soyez un musicien célèbre prénommé Maurice pour qu’on suppose que vous êtes juif ? À ce propos, on pourra lire mon article sur Maurice Ravel. Ou bien, peut-être faudrait-il une condition supplémentaire, par exemple le fait que vous ayez fait carrière dans le cinéma ?

Un esprit sensé admettra qu’associer l’identité juive à une telle combinaison d’éléments est passablement hasardeux, pour ne pas dire stupide.

Maurice Jarre
Jean-Michel Jarre aussi passe pour juif aux yeux de certaines personnes, sans doute parce qu’il est le fils de son père. Quoi qu’il en soit, il ne me semble pas utile de consacrer un article au père et un autre au fils. Comme javais traité en même temps le cas de Jean-Pierre Cassel et celui de Vincent Cassel, je consacre le présent article au père, et en même temps, au fils. 

Le patronyme Jarre est un nom français et n’a rien de juif. Il est surtout porté en Savoie et dans la Nièvre (geneastar.org et geneanet.org). Selon geneanet.org et selon Le Robert des noms propres, c’est sans doute un toponyme évoquant le chêne (prélatin garric), que l’on retrouve en Savoie dans le hameau du Jarre (La Léchère).

Maurice Jarre était le fils d’André Jarre et de Gabrielle Boullu (Wikipedia) : Boullu est un nom que l’on retrouve surtout du côté de l’Isère et du Rhône (geneanet.org). Quant à la mère de Jean-Michel Jarre, France Pejot, elle était la fille de Joanni Pejot et de Marie Henriette Monnet. Pejot n’est pas plus juif que Peugeot, et aucun des autres noms que je viens de citer n’indique une ascendance juive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire