samedi 24 décembre 2016

Sophie Daumier, pas plus juive que Guy Bedos

Sur FaceBook, alors que la rumeur de la judéité de Guy Bedos était évoquée dans une discussion portant sur de récentes déclarations intempestives du sinistre bouffon à propos d’Israël, quelqu’un a cru pouvoir apporter le correctif suivant : « [Ce n’est pas Guy Bedos,] c’est sa première femme, Sophie Daumier, qui était juive… »

Or, d’une part, Sophie Daumier, dont le pseudonyme fait référence au fameux caricaturiste du XIXe siècle Honoré Daumier et dont le vrai nom était Élisabeth Hugon (Wikipedia), n’a pas été la première femme de Guy Bedos mais la deuxième. D’autre part, et surtout, Sophie Daumier n’a jamais été juive de sa vie. On serait même bien en peine de fournir un motif un tant soit peu sérieux qui justifie que cette idée ait pu être formulée. 

Premier indice : Hugon n’est normalement pas un patronyme porté par des Juifs.

Deuxième indice : Élisabeth Hugon, alias Sophie Daumier, a eu un fils nommé Christian.

Troisième indice : Sophie Daumier n’est pas connue pour avoir jamais fait état d’une appartenance au peuple juif ni pour s’être un jour distinguée dans une activité ou une intervention liée à la vie juive, à la culture juive ou à Israël.

Quatrième indice : ses obsèques ont été célébrées en l’église Saint-Roch, considérée comme étant la paroisse des artistes (ibid.).

Accessoirement, sa sépulture, au cimetière du Père-Lachaise, « une simple plaque de ciment » (jesuismort.com), est située entre les sépultures de Marie Trintignant (pas juive) et de Gilbert Bécaud (pas juif non plus).

L’idée que Sophie Daumier aurait pu être juive ne s’appuie sur rien de concret, et même, elle ne s’appuie sur rien du tout, et les indices concordent pour affirmer le contraire. L’affaire est pliée.

jeudi 22 décembre 2016

Bedos, Israël et les Juifs

Une rumeur tenace prête à Guy Bedos des origines juives, et le bruit court, également, que sa mère aurait été juive. Certes, l’intéressé éprouve régulièrement le besoin de parler des Juifs sur la place publique avec une familiarité quelque peu ambiguë, et il croit devoir tout aussi souvent dénigrer l’État d’Israël, sa population juive et ses dirigeants. Visiblement, quelque chose le démange de ce côté là.

Le pied-noir d’Algérie qu’il est déclare se sentir « tout de même plus proche d’Albert Camus que dEnrico Macias ». Surtout, il se vante d’avoir dit sur scène « je ne confondrai jamais Ariel Sharon et Bibi Netanyahu avec Anne Frank et Primo Levi » et il demande : « suis-je pour autant un néonazi qui s’ignore ? » (rue89.nouvelobs.com).

Pour moy n'est de bon Bedos
que Dom Bedos de Celles

Un néonazi qui s’ignore, peut-être pas, mais un antisémite qui s’ignore, sûrement. Sinon, pourquoi ce rapprochement intempestif entre les victimes de la Shoah et les dirigeants israéliens ? Par ailleurs, même un Juif extrêmement hostile à la religion de ses pères, au sionisme et à Israël (même un Juif antisémite) n’aurait jamais tenu ces propos, sachant qu’il se serait d’abord vu lui-même dans la peau du « bon » Juif (non pas tant le Juif-victime que le Juif critique, humaniste) à opposer au « mauvais » Juif (le dirigeant israélien « de droite », ou plus généralement le Juif sioniste).

En effet, Guy Bedos n’est pas juif du tout. Il est le fils d’Alfred Bedos et d’Hildeberte Verdier, des pieds-noirs d’Algérie d’origine espagnole (Bedos) et française (Verdier). Il a été mis en pension vers l’âge de sept ans, puis scolarisé à treize ans au lycée catholique de Bône (aujourd’hui Annaba) (Wikipedia).

Son animosité particulière vis-à-vis des « dirigeants israéliens » se comprend mieux quand on sait quelle avait été la première réaction de sa mère à la vue du bébé qu’il était : « Oh, qu’il est vilain, on dirait un petit Juif ! » (VSD) Le journaliste qui relate cela ajoute : « Légèrement antisémite, la maman lui racontera cette anecdote des dizaines de fois durant son enfance. » Pour ce journaliste, cela s’appelle être « légèrement antisémite ». Mais surtout, cette ignominie a dû laisser de vilaines traces dans l’inconscient du garçon.

Dans son autobiographie Mémoires d’outre-mère, Guy Bedos évoque ses mauvais rapports avec sa mère et raconte que de son beau père, raciste et antisémite et de sa mère, maréchaliste, lui vient sa « conscience politique humaniste ».

Question religion, il évoque  le « Nouveau Testament » qui ne serait pour lui qu’un « vaudeville », avec « ce pauvre Joseph dans le rôle du cocu de service » (Libération) : sans doute se considère-t-il plutôt comme agnostique, mais ses références en matière de religion sont bien chrétiennes, s’il était encore besoin de le faire remarquer.

vendredi 16 décembre 2016

Anémone de mère

Quand une actrice est brune et un tant soit peu « typée » (et parfois même sans cela), il se trouve tôt ou tard quelqu’un dans les parages pour affirmer qu’elle est juive. Cela a été le cas pour Fanny Ardant, pour Marie-José Nat, pour Audrey Tautou... Cela a été le cas aussi pour Anémone.

Anémone a expliqué qu’elle aurait été plus heureuse sans enfants : « J’ai grandi à une époque où, si on n’avait pas d’enfant, on n’était pas une vraie femme. Donc, on fait des gosses. Et on se rend compte qu'on s’est fait bananer et qu’on aurait été mieux sans. » (purepeople.com) Elle a également déclaré : « ça m’a ruiné la vie ». Et aussi : « ça m’a empêchée de vivre » (gala.fr). Voilà qui ne cadre pas particulièrement avec le profil d’une Juive, pour ne pas parler dune mère juive.

Anémone ne s’est jamais appelée Anne-Aymone, contrairement à ce que l’on peut lire ici ou là, sur des sites internet ou des blogs peu fiables. Son pseudonyme date du premier film dans lequel elle a joué le rôle principal : Anémone était le titre du film et le nom du personnage.

Anémone s’appelle en réalité Anne Bourguignon. Elle est la fille du psychiatre André Bourguignon (lui-même fils du neurophysiologiste Georges Bourguignon) et de Claire Justin-Besançon (Who’s Who). Bourguignon et Justin ne sont pas des noms portés par des Juifs, c’est le moins qu’on puisse dire, et concernant le nom Besançon, je renvoie le lecteur à mon article sur Alain Besançon, à qui la mère d’Anémone est apparentée.

Issue de « la grande bourgeoisie parisienne » (Wikipedia), Anne Bourguignon a passé son enfance dans la propriété familiale en Gironde. Élève du lycée privé Notre-Dame-des-Invalides, elle y interpréta la Vierge Marie dans le cadre d’un spectacle de fin d’année (allocine.fr). Pour faire bonne mesure, ajoutons que son cursus scolaire et universitaire inclut deux autres institutions catholiques et que dans une interview télévisée, elle a précisé qu’elle aurait voulu se marier à l’église « sans passer par la mairie » (vidéo sur le site internet de l’INA).

mercredi 14 décembre 2016

Marie-George Buffet, le PCF et les Juifs

Rares sont ceux, parmi les nouvelles générations, qui savent que le Parti communiste français a été fondé par un Juif polonais, Marcel Camin, né Mojzesz Kaminski. Il lui doit même son nom : en effet, ce n’est que par suite d’une confusion phonétique que le Parti caministe est devenu le Parti communiste.

Les anciens se souviennent de ce drôle d’accent que l’on croyait parfois déceler chez les cadres du PCF, par exemple chez Georges Marchais, né Georges (Gershon) Marczewski : « Nous, les caministes… » Ils avaient simplement conservé l’habitude d’employer l’appellation d’origine.

Ceux qui colportent la rumeur selon laquelle Marie-George Buffet serait juive pourront reprendre à leur compte ce qui précède, c’est cohérent avec leurs théories.

D’où leur est venue cette idée ? C’est très simple. Le nom de jeune fille de Marie-George Buffet, c’est-à-dire le nom de son père, Kosellek, est  un nom à consonance étrangère : en l’occurrence, un nom slave. Ce sont les mêmes qui envisagent une identité juive chez Michèle Alliot-Marie, uniquement parce que la mère de celle-ci était d’origine polonaise et s’appelait Leyko.

Marie-George Buffet porte le nom de son mari, Jean-Pierre Buffet. Elle est la fille de Paul Kosellek et de Raymonde Rayer (Wikipedia). Paul Kosellek est d’origine polonaise, et Rayer est un patronyme français.

Le nom Kosellek peut faire penser, par exemple, à Kollek, nom d’un ancien maire de Jérusalem, ou bien à Jellinek, nom d’un célèbre rabbin. Cependant, les Kosellek ne sont habituellement pas juifs. Le pays où le nom de Kosellek est le plus répandu est la République Tchèque. On trouve des Koselleck (avec -ck à la fin) en Allemagne.

Pourquoi les Jellinek et les Kollek sont-ils juifs, mais pas les Kosellek ? Pourquoi Abraham Kosciusko, ancêtre de Nathalie Kosciusko-Morizet, était-il juif, mais pas le père Popielusko ? C’est ainsi : de la ressemblance entre deux noms de famille à consonance slave, déduire que quelqu’un est juif est bien hasardeux, pour ne pas dire inepte.

Oserai-je ajouter – la réponse est oui – que Marie-George Buffet n’a pas « le type » ? 


Photo :  © Nico9393, Travail personnel, CC BY-SA 4.0, Wikimedia

lundi 12 décembre 2016

George Sand, aïeule de Shlomo ?

Il fallait bien que tôt ou tard, quelqu’un ait l’idée de voir en George Sand une Juive. Pourquoi une telle absurdité ? Tout simplement parce que Sand est aussi le nom d’un idéologue actuel dont la première chose que l’on sait est qu’il est né juif. Ce pseudo historien, qui est la risée des vrais chercheurs, doit sa renommée dans le monde arabe et chez les antisémites conspirationnistes à une seule chose, le fait qu’il affirme que le peuple juif n’existe pas tout en en faisant lui-même partie.

Un tel rapprochement, à partir d’un nom de quatre lettres, est d’autant plus ridicule que George Sand n’était que le pseudonyme d’Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil, baronne Dudevant. On admettra qu’il n’y a pas grand chose de juif dans cet état-civil.

C’est un peu comme si l’on disait que Daniel Stern était un Juif, alors que ce nom, donné à une rue de Paris, était le pseudonyme sous lequel écrivait la comtesse Marie d’Agoult.

Le père de George Sand, Maurice Dupin de Francueil, était le fils de Louis Claude Dupin de Francueil et de Marie-Aurore de Saxe, comtesse de Horn, baptisée un mois après sa naissance, laquelle était la fille de Maurice de Saxe et de Marie Rinteau de Verrières. Maurice de Saxe était un enfant naturel que Frédéric-Auguste, électeur de Saxe et roi de Pologne, avait eu avec Aurore de Koenigsmark.

Quant à la mère de George Sand, elle s’appelait Sophie Victoire Delaborde et elle était née en la paroisse de Saint-Germain l’Auxerrois. Elle était la fille de Marie-Anne Cloquard et d’Antoine Claude Delaborde.

Ajoutons que l’antisémitisme et l’antijudaïsme de George Sand sont visibles dans certains de ses écrits : ce qui, pour le coup, lui fait un point commun avec Shlomo Sand.


Sources : Wikipedia sur George Sand et sur Maurice_Dupin ; georgesand.culture.fr ; Cités (2016) n°67 ; généalogie de George Sand

jeudi 8 décembre 2016

Haussmann, pas juif mais baron

À en croire un camarade d’études, lui-même juif, le baron Haussmann était juif ainsi que Georges Bizet, Gustave Eiffel, le Colonel Fabien, la chanteuse Lio et je ne sais plus qui encore.

Que l’homme qui a transformé Paris sous le Second Empire soit juif, comment peut-on avoir une telle idée si ce n’est, tout bêtement (c’est le cas de le dire), parce qu’il avait un nom en « -mann »... comme Goetzmann, Griezmann, Hoffmann, Kauffmann ou Thalmann ? 

À ma connaissance, abstraction faite des Juifs dont le patronyme est Baron, il n’est de barons juifs que les Hirsch et les Rothschild (si tant est que les Rothschild d’aujourd’hui soient encore juifs).

Le baron Georges Eugène Haussmann était le fils de Nicolas Valentin Haussmann et d’Ève Marie Henriette Caroline Dentzel. Nicolas Valentin Haussmann était le fils de Nicolas Haussmann, député de l’Assemblée Législative et de la Convention et commissaire aux armées.

Si cela ne suffisait pas, nous avons un Nicolas Valentin, fils de Nicolas : un fils ayant reçu le prénom de son père, ce qui n’existe pas chez les Juifs. On sait aussi que Nicolas Haussmann était d’origine alsacienne et protestant.

Quant à la mère du baron Haussmann, elle était la fille d’un pasteur luthérien (donc protestant) devenu général et député de la Convention puis baron d’Empire, Georges Frédéric Dentzel, lequel était né en Allemagne.

Pour connaître la signification du nom Haussmann, on pourra consulter une page ad hoc de Wikipedia, qui présente une liste de personnalités portant ce nom, avec cette orthographe ou avec une orthographe un peu différente. 


Sources : Wikipedia, sur G.E. Haussmann, sur Nicolas Haussmann, sur G.F. Dentzel et sur le nom Haussmann.

mercredi 7 décembre 2016

La religion de Dominique Bromberger

Le nom de Dominique Bromberger figure sur au moins une de ces listes de « Juifs » publiées sur Internet par des antisémites complotistes. Pour ceux qui prétendent ne voir que des Juifs à la télévision, un journaliste aux cheveux bruns ondulés et portant un nom de famille à consonance germanique est nécessairement un Juif.

Les noms en « -berger », comme Bromberger, ne sont pas des noms « juifs ». Le nom Berger peut être français ou allemand, et il est arrive aussi qu’il soit porté par des Juifs, mais assez rarement. Le vrai nom du chanteur Michel Berger était Hamburger. Hamburger fait référence à une ville (Hambourg), comme d’autres noms en « -burger » (si j’ose dire), mais ce n’est pas le cas des noms en « -berger ». Les Schlumberger sont protestants, c’est bien connu ; les Schützenberger ont toujours été des Alsaciens chrétiens ; le révérend père Bruckberger était un prêtre dominicain, né d’une mère française et d’un père autrichien.

Bromberger est clairement un nom porté dans lEst, notamment du côté de l’Alsace (geneanet.org).

Un certain Christian Bromberger a dirigé l’Institut français de recherche en Iran entre 2006 et 2008. Un Juif qui se prénommerait Christian et qui serait allé résider à Téhéran, sous le régime actuel, est-ce vraisemblable ?

Quant à Dominique Bromberger, il est né en mars 1944 à Paris et il est permis de douter que beaucoup de Juifs aient pu naître à Paris à cette époque. Faute de disposer de détails sur sa famille, nous avons les récits de l’intéressé sur les visions qu’il a eues quand il était dans le coma, après un grave accident de scooter :

« Je marchais dans un lieu que j’ai entraperçu au cours d’un de mes voyages, Saint Jacques de Compostelle… » Dominique Bromberger se souvient, à ce moment, de l’apparition d’une figure féminine toute en blanc « … qui eût pu être une reine, une sainte, pourquoi pas Marie, mère de Dieu… » (vidéo sur Dailymotion). 

Une autre fois, à propos de cette même vision, Bromberger parle d’une reine d’Espagne, sans doute Isabelle la catholique. Il ajoute cependant : « Peut-être était-ce la Vierge, peut-être ai-je plus la foi que je ne l’imagine ? »

Quelle foi, quelle tradition religieuse, quelle « confession » peut bien être celle d’un homme qui parle de « la Vierge » et de « Marie, mère de Dieu » ?

dimanche 4 décembre 2016

Chostakovitch, pas plus juif qu’Evtouchenko

Dans son ouvrage Le Destin juif et la musique (Fayard, 2001), déjà évoqué précédemment, Frans C. Lemaire fait état d’une inspiration juive présente dans certaines œuvres de Chostakovitch, de façon plus explicite qu’ailleurs dans son cycle de mélodies Sur des poésies populaires juives op. 79.

Par ailleurs, dans sa treizième symphonie « Babi Yar », Chostakovitch a mis en musique le poème éponyme d’Evguéni Evtouchenko, qui est une protestation contre l’antisémitisme et qui dénonce l’attitude des autorités soviétiques vis-à-vis de la mémoire du massacre des Juifs en Ukraine.

Peut-être est-ce pour l’une de ces deux raisons que certains se sont imaginé que « Chosta » était juif.

Frans C. Lemaire consacre à Dimitri Chostakovitch pas moins de 11 pages (pp. 535-545), mais il précise que le compositeur, bien qu’ayant fait preuve d’une compassion et d’un intérêt particuliers pour le destin juif, n’était pas juif lui-même.

Les origines de Dimitri Dmitrievitch Chostakovitch sont russes et polonaises. Son grand-père Boleslav Chostakovitch, ou Boleslaw Szostakowicz en polonais, avait été exilé en Sibérie pour avoir été impliqué dans une tentative d’assassinat du tsar Alexandre II, en 1866 (Wikipedia). 

Dimitri Dmitrievitch signifie Dimitri, fils de Dimitri. Je dois encore le répéter ici, un fils portant le même prénom que son père, cela n’existe pratiquement pas chez les Juifs.

jeudi 1 décembre 2016

Oscar Niemeyer et ses origines

Niedermeyer, Niemeyer, Meyer... C’est souvent en vertu de ce genre de rapprochement phonologique, phonétique, voire sémantique, et en l’absence de toute autre référence, que naît une légende attribuant à quelqu’un une origine ou une identité juive. Il s’agit donc ici, une fois de plus, de faire un sort à ce genre d’ineptie.

Cathédrale de Brasilia
Niemeyer, tout comme Niedermeyer, est simplement un nom germanique.

En outre, l’architecte du siège du Parti communiste français s’appelait en réalité Oscar Ribeiro de Almeida de Niemeyer Soares Filho : 

« Mon vrai nom est Oscar Ribeiro de Almeida de Niemeyer Soares. Ribeiro et Soares sont deux noms de famille dorigine portugaise ; Almeida est arabe et Niemeyer allemand. Je dois avoir en outre un peu de sang noir et indien. Il est certain que mon ascendance germanique na eu aucune influence sur mon caractère, mais au Brésil, un nom étranger comme celui que jai finalement choisi se retient beaucoup plus facilement. » (LeMonde.fr, 6 décembre 2012) 

Son grand-père, Antonio Augusto Ribeiro de Almeida, était procureur de la République, au Brésil. Le nom de Niemeyer lui vient d’une grand-mère allemande native de Hanovre.

Fier de ses origines variées, portugaises, arabes, allemandes et autres, Niemeyer se disait « aussi métis que le sont tous [s]es frères brésiliens ».

À la fin de sa vie, Niemeyer, qui avait toujours été communiste et qui avait écrit sur un mur de son atelier « Por um mundo melhor » (pour un monde meilleur), a rencontré son « ami » le dictateur antisémite Hugo Chavez et lui a témoigné son soutien. 


Sources : lefigaro.fr, lemonde.fr, Wikipedia
Photo : Creative Commons Atribuição 3.0 Brasil