mercredi 30 novembre 2016

Niedermeyer, quelle religion ?

Un musicien dont le nom se termine par « -meyer », dont le premier prénom est Abraham… et qui a étudié auprès d’Ignaz (Isaac) Moscheles ! Je ne suis pas surpris qu’on m’ait déclaré un jour que ce monsieur était juif.

Or, il n’en est rien. Niedermeyer est un nom germanique, comme ses variantes Niedermayer et Niedermeier, et les prénoms bibliques ne sont pas rares chez les protestants.

Effectivement, Abraham Louis Niedermeyer, baron d’Altenbourg, né à Nyon, en Suisse, était issu d’une famille de Suisses protestants. Cela ne l’empêcha pas de se passionner pour la liturgie catholique. Son épouse s’appelait Jeanne Suzanne Charlotte des Vignes de Givrins. Au passage, son prénom usuel était Louis, et non pas Abraham.

Après avoir donné en concert sa Messe solennelle à l’église Saint-Eustache, à Paris, Louis Niedermeyer se consacra essentiellement à la musique d’église. On lui doit plusieurs messes et de nombreux motets. Il réorganisa l’institut de musique religieuse d’Alexandre-Étienne Choron, qui devint l’École de musique religieuse et classique, plus connue sous le nom d’École Niedermeyer de Paris (plus d’un siècle après sa mort, son nom allait être donné au conservatoire d’Issy-les-Moulineaux). Louis Niedermeyer fonda également un périodique consacré à la musique religieuse (chrétienne). Par la suite, il écrivit un volumineux ouvrage sur l’accompagnement pour orgue des offices de l’église.


Sources : Wikipedia, Universalis, symphozik.info

mardi 29 novembre 2016

Un Juif fait-il de la couture en novembre ?

Un site internet algérien antisémite (pléonasme) et conspirationniste (double pléonasme) dont j’ai déjà parlé, qui reprend l’ignoble campagne pétainiste « Ces Juifs qui dominent la France » (sic), a publié une liste de noms parmi lesquels figure celui de Jean Thomas Couture, dit Tom Novembre. Celui-ci y côtoie plusieurs autres personnalités dont rien n’incite davantage à penser qu’il pourrait s’agir de Juifs, comme son frère Charlélie Couture, mais aussi Jean-Pierre Chevènement, Patrick de Carolis, ou encore Jean-Marc Morandini. 

Si quelqu’un peut m’éclairer sur la domination ou l’influence que Tom Novembre aurait exercée jusqu’à présent sur la société française, ou qu’il continuerait d’exercer, je ne demande qu’à voir ma curiosité satisfaite.

Tom Novembre a incarné l’apôtre Paul dans le film Jésus de Serge Moati, une composition pas plus indicative que celles d’Hippolyte Girardot (Judas), de Christophe Malavoy (Caïphe), de Faudel (Baruch), de François Négret (Jean le Baptiste), de Ludmila Mikaël (Marie) et de Yann Collette (Mathias).

Que pourrais-je dire de plus, sur cette page, que dans mon article déjà publié sur Charlélie Couture ? Pas grand chose. Je ne peux que me répéter.

Jean Thomas Couture, dit Tom Novembre, est le fils de Jean-Pierre Couture et d’Odette Michel, elle-même fille d’Auguste Élie Michel et de Cécile Charlotte Boutry. En remontant à la troisième génération, on trouve d’autres noms très français comme Dufoux et Vouillon, et toujours aucun patronyme qui ressemble un tant soit peu à Goldman, à Israël, à Benarroch ou à Rosensohn.

lundi 28 novembre 2016

Pas grand chose de juif chez Fidel Castro

Immanquablement, au lendemain de la mort de Fidel Castro, la rumeur de sa judéité a ressurgi sur certains forums électroniques. Une participante (juive) à une discussion sur FaceBook a écrit que celui-ci était « juif marrane » (sic). 

Certes, le dictateur communiste se disait lui-même descendant de marranes. Castro est effectivement un patronyme porté par des Juifs, tout comme Franco, et pour certains, cela expliquerait que le « Líder Máximo » ait combattu l’antisémitisme à Cuba. Castro aurait même affiché des dispositions relativement peu défavorables à l’égard de l’État d’Israël, ce qui est plus douteux (comme en témoigne, par exemple, la photo ci-dessous).

Castro avec Arafat
Né à Birán, dans la province de Holguín, à Cuba, Fidel Alejandro Castro Ruz était le fils d’Ángel Castro Argiz, immigrant espagnol analphabète, devenu riche propriétaire terrien, et de sa cuisinière d’origine espagnole née à Cuba, Lina Ruz González. Il était le troisième de sept enfants illégitimes, Raúl étant le quatrième.

Fidel fut baptisé à l’âge de neuf ans. Il était alors considéré comme étant de père inconnu, mais il allait par la suite être reconnu officiellement par Ángel et prendre alors le nom de Castro. Par ailleurs, Fidel Castro fut scolarisé dans des écoles catholiques, notamment chez les maristes, puis chez les jésuites.

De sa première union naquit en 1949 un fils qui reçut le prénom de Fidel et fut bientôt surnommé Fidelito (diminutif de Fidel). Après la séparation de Fidel Castro d’avec Mirta Francisca de la Caridad Díaz-Balart y Gutiérrez, celle-ci s’installa en Espagne en 1959 (donc, à l’époque de Franco).

Qui a lu mes articles précédents sait qu’un Juif, même éloigné de la religion, ne donne pas son propre prénom à son fils, une telle pratique étant contraire à la tradition juive pour plus d’une raison.

Par ailleurs, les seuls marranes découverts au XXe siècle dans la péninsule ibérique étaient ceux de Belmonte, un village du Portugal. Des descendants de marranes qui seraient restés juifs même en cachette, en Espagne ou en Amérique latine, depuis la fin du XVe siècle jusqu’à notre époque, cela n’existe pas (voir aussi mon article sur Franco).

Les administrateurs du site internet « Jew Or Not Jew » ont décerné à Fidel Castro le score 3/15, contre 4/15 pour l’autre boucher latino, Ernesto Guevara, le score 3/15 ayant également été attribué à Michelle Obama et à Vladimir Poutine, par exemple.

dimanche 27 novembre 2016

Sandra Bullock, championne de « Jew Or Not Jew »

Sur le site internet américain « Jew Or Not Jew », on peut lire que de toutes les femmes, Sandra Bullock est celle pour laquelle la question de savoir si elle est juive a été posée le plus souvent. 

La première raison à cela est sans doute que le nom de jeune fille de sa mère est Meyer. Meyer est certes un nom porté par des Juifs, mais ce nom est tout aussi souvent porté par des Allemands et des Autrichiens non juifs. Sachant que la mère de Sandra Bullock, Helga Mathilde Meyer, une chanteuse allemande, est née 1942 à Nuremberg, et que la petite Sandra avait l’habitude de fêter Noël en Allemagne, l’ambiguïté est levée. Vous en connaissez beaucoup, des Juifs qui vivaient à Nuremberg en 1942 ou qui y sont nés cette année là ? 

Il existe une seconde raison pour laquelle des gens se posent cette question : Sandra Bullock a fait circoncire son fils adoptif. Or, cette décision n’avait rien à voir avec le judaïsme. Il semblerait qu’elle se soit adressée à un mohel, mais la raison à cela est que c’était pour elle la seule possibilité, sachant qu’elle ne souhaitait pas se rendre à l’hôpital. 

Quand à Bullock, ce n’est pas un nom juif davantage que Bulloch (nom de la mère de Theodore Roosevelt) ou d’autres variantes comme Belloq, Bellocq, Bellocque, et autres Billocq. Une quarantaine de Bullock sont nés en France entre 1966 et 1990, avec une remarquable concentration de ce patronyme dans l’Eure-et-Loir (voir geneanet.org  et geopatronyme.com). 

« Not a Jew » (pas juive), concluent les administrateurs du site internet « Jew Or Not Jew », qui lui attribuent le score 5/15 décomposé ainsi : 0/5 pour les origines juives, 1/5 pour la ressemblance avec une Juive et 4/5 pour indiquer qu’il ne leur aurait pas déplu qu’elle soit juive. 


Photo : © Angela George, CC BY-SA 3.0, Wikimedia

vendredi 25 novembre 2016

En Algérie, il se dit que Patrick de Carolis est juif

« On opposait le candidat à particule, catholique, père de famille nombreuse et autodidacte (Patrick de Carolis) à l’énarque polytechnicien compétent et branché sur le Paris intello (Marc Tessier). Patrick de Carolis incarnait pour ces gens-là tout ce qu’un petit milieu culturel et médiatique parisien n’aimait pas. » – Dominique Baudis, Télérama, 28 mai 2010 

Un site internet algérien antisémite (pléonasme) et conspirationniste (double pléonasme) dresse une liste de Juifs qui « dominent la France » et y fait figurer notamment Nicolas Hulot et Alain Juppé. Dans ces conditions, on ne sera pas étonné d’y trouver également Patrick de Carolis, dont le nom est mis entre guillemets pour suggérer qu’il s’agirait d’un pseudonyme destiné à camoufler sa « véritable » identité.

Dans la série consacrée aux délires de malades mentaux qui voient des Juifs partout, nous allons donc examiner le cas de Patrick de Carolis.

Il s’agit bien de son vrai nom. Du côté paternel, l’ancien président de France Télévisions a des origines italiennes. Un de ses arrière-grands-pères avait émigré d’Italie en 1900 pour se fixer en région lyonnaise. Surtout, son père, Dominique de Carolis, avait été mobilisé en 1943, ce qui indique qu’il n’était pas juif. 

La mère de Patrick de Carolis, issue d’une vieille lignée provençale, a longtemps porté le costume traditionnel des Arlésiennes et a même été élue reine des provinces françaises en 1947 (Wikipedia). Son nom, Lucette Mounier, ne suggère absolument pas des origines juives.

En outre, on imagine mal une famille juive, dans les années quatre-vingt, appeler ses enfants Florent, Grégoire, Louis et Joséphine. Passons sur la proximité de ce monsieur, dans la vie professionnelle, avec un certain Camille Pascal qui semble voir des agents du Mossad un peu partout. 

Pour renfort de potage, Patrick de Carolis, qui n’a jamais caché sa foi chrétienne (site internet de l’Observatoire des journalistes), a reçu du Vatican le titre de Commandeur avec plaque de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand. 


Photo : © Siren-Com - Travail personnel, CC BY-SA 3.0 Wikimedia

jeudi 24 novembre 2016

Nostradamus avait un grand-père juif… converti

Le Wikipedia espagnol insiste lourdement sur les « origines juives » de Nostradamus, tout en laissant apparaître clairement quelles se résument à un grand-père converti. En effet, le grand-père paternel de Nostradamus, Guy de Gassonet (ou Cresquas selon dautres sources), était juif de naissance. Il est inutile de chercher ailleurs la raison pour laquelle une rumeur tenace fait de Nostradamus un Juif.

Le grand-père de Nostradamus aurait choisi le nom de Pierre de Nostredame lors de sa conversion au catholicisme, vers 1455 selon Wikipedia en français, ou vers 1459-1460 selon Wikipedia en anglais. Cependant, selon certaines archives, le nom de Nostredame lui aurait été imposé par l’archevêque d’Arles, Pierre de Foix. Devenu un chrétien convaincu, Pierre de Nostredame répudia sa femme, Benastruge Gassonet, parce que celle-ci ne voulait pas renier le judaïsme. La dissolution du mariage fut prononcée en vertu du Privilège paulin en 1463 à Orange, et Pierre de Nostredame put se remarier avec Blanche de Sainte-Marie, fille de Pierre de Sainte-Marie. 

Michel de Nostredame fut baptisé dans l’église paroissiale de Saint-Rémy-de-Provence. Il était le fils de Jaume de Nostredame et de Reynière de Saint-Rémy. Jaume de Nostredame était un des fils de Pierre de Nostredame et de Blanche de Sainte-Marie. Son épouse, Reynière de Saint-Rémy, était la fille de René de Saint-Rémy et de Béatrice Torrelli (ou Tourrel, selon les sources), et la petite-fille de Jean de Saint-Rémy. 

Au cours de son existence, il eut probablement l’occasion de constater que malgré la conversion de son grand-père, sa famille continuait à faire l’objet d’une certaine discrimination. Cependant, non seulement son grand-père paternel était converti, mais sa grand-mère paternelle n’était pas juive, si bien que son père n’était pas juif, et ses grands-parents maternels n’étaient vraisemblablement pas juifs du tout, par conséquent sa mère non plus nétait pas juive. 

Selon certaines sources, Nostradamus aurait craint, à tort ou à raison, d’être persécuté par l’Inquisition pour hérésie. Il eut certes quelques ennuis avec l’Église en raison de ses activités. Or, comme je l’ai fait remarquer à propos de Galilée, un Juif aurait bien pu, à cette époque, être persécuté en raison de sa religion voire de ses origines, mais certainement pas en raison d’un soupçon d’hérésie. 

lundi 21 novembre 2016

Si Vladimir Poutine est juif, je suis chinois

Certains ont inventé que son vrai nom serait Putzman, et d’autres, que sa mère, Maria Ivanovna Poutina, née Chelomova, aurait été juive. Certes, Chelomov peut faire penser à Shlomo (Salomon en hébreu) ou à Shalom, mais une chose est sûre, il y a des gens qui ont beaucoup dimagination.

Peut-on envisager sérieusement qu’un lieutenant-colonel du KGB puisse être juif, et quun Juif puisse se retrouver à la tête de la Russie ?

Poutine se signant pendant la messe de Noël
En outre, point n’est besoin d’être très physionomiste pour remarquer, chez Vladimir Poutine, un type slave très prononcé.

Entre 1791 et 1917, en Russie, les Juifs, à l’exception d’un nombre limité d’entre eux, étaient cantonnés par le pouvoir impérial dans un périmètre appelé la Zone de résidence. Pendant la Seconde guerre mondiale, toute cette région s’est retrouvée sous le contrôle de l’Allemagne nazie, avec les affreuses conséquences que l’on sait.

Or, les ascendants de Vladimir Poutine, qui étaient des paysans, vivaient à Tourguinovo depuis le XVIIe siècle. Tourguinovo se situe dans l’oblast de Tver, au nord de Moscou, donc à bonne distance de la Zone de résidence.

Ajoutons à cela que Poutine se prénomme Vladimir Vladimirovitch, ce qui signifie qu’il porte le même prénom que son père : à ce sujet, voir mes articles précédents.

Comme bien souvent, face à un racontar sans aucun fondement, nous avons tout un ensemble d’indices qui convergent vers la même conclusion : pas juif du tout.


Sources : Wikipedia