vendredi 22 avril 2016

NKM avait un ancêtre juif il y a deux siècles

Sur ma page consacrée à Dalida, on peut lire le commentaire d’un antisémite à lancienne qui se croit encore au temps de Pétain, affirme que « c’est le physique qui fait le Juif » et cite entre autres exemples ce détail quil aurait observé chez Nathalie Kosciusko-Morizet : la « paupière légèrement bridée et un peu tendue[,] proche du nez ».

Notons que ce dément a aussi relevé, en guise de « caractéristiques physiques typiques » des Juifs, des oreilles sans lobe : il ne m’a jamais rencontré, et c’est à croire qu’il n’a même jamais vu Alain Finkielkraut en photo. 

L’état-civil complet de « NKM » est Nathalie Geneviève Marie Kosciusko-Morizet, ce qui constitue déjà un premier indice de « non-judéité ».

Côté paternel, son plus lointain ancêtre connu, Abraham Salomon Kościuszko (1821-1917) était arrivé de Pologne sous Louis-Philippe (Jean-Louis Beaucarnot, Le Tout politique, L’Archipel, 2011, p. 157). Il était juif, et sachant que son épouse s’appelait Jeannette Marx, on peut supposer que son fils Louis l’était aussi.

Le grand-père paternel de Nathalie, Jacques Kosciusko, père de François Kosciusko-Morizet, était le fils de Charles, lui-même fils de Louis. Il avait épousé Marianne Morizet, fille de l’homme politique socialiste André Morizet. Il fut professeur au lycée de Grenoble en 1941, au lycée Marcelin-Berthelot de Saint-Maur-des-Fossés en 1942 puis au lycée Buffon à Paris en 1943 (et résistant), et par la suite, ambassadeur de France aux États-Unis.

Outre que les Morizet n’étaient pas juifs (geneanet.com), il est assez difficile d’imaginer, compte tenu de la tradition antisémite prévalant au Quai dOrsay, qu’un ambassadeur de France puisse lêtre. Il est surtout difficile d’imaginer, compte tenu du « Statut des Juifs » édicté par Pétain et des rafles, qu’un Juif aurait pu exercer comme professeur en région parisienne en 1942 et à Paris en 1943.

Par sa mère Bénédicte Treuille, NKM descend d’une ancienne famille bourgeoise de la région de Châtellerault. Elle serait une lointaine descendante de Lucrèce Borgia (Wikipedia). Autant dire qu’elle n’a pas d’ancêtres juifs connus du côté maternel.

Enfin, on sait qu’elle est catholique (Soazig Quéméner, NKM - La Présidente, Lattès, 2014, p. 153). 

Il aura donc suffi qu’un ancêtre ayant vécu il y a plus dun siècle soit identifié comme juif, ou si l’on préfère, qu’un seul de ses seize arrière-arrière-grands-parents le soit, pour que l’on spécule sur les « origines juives » de la dame (quelle-même revendique, semble-t-il, au titre de la diversité culturelle, comme si la culture était affaire de gènes).

En fin de compte, voir en NKM une Juive, c'est faire plus fort encore qu’avec Sarkozy et son grand-père juif converti, plus fort qu’avec Lénine et son arrière-grand-père juif... plus fort même, dune certaine façon, qu’avec Kadhafi et sa très hypothétique arrière-grand-mère juive !