mardi 12 janvier 2016

David Bowie ou l’histoire juive secrète d’un non-juif

La rumeur de sa judéité aurait-elle été inspirée par son seul prénom, David ? Ne serait-elle pas liée plutôt à son initiation à la Kabbale ? Ou encore, au fait que le premier mari de sa mère s’appelait Rosenberg (Wikipedia) ?

David Bowie, de son vrai nom David Robert Jones, né à Londres en 1947, était le fils de Margaret Mary Burns et de Haywood Stenton Jones : des noms qui ne suggèrent absolument pas une ascendance juive.
D’après le site internet lemondejuif.info, David Bowie « …avait déjà battu de [vingt] ans Madonna sur la Kabbale, chantant sur les sefirot, les vaisseaux mystiques de l’énergie divine, dans la chanson-titre de son album de 1976, Station to Station ».
Cependant, « L’immersion de Bowie dans la Kabbale faisait partie d’une quête spirituelle globale […] du bouddhisme tibétain à la mystique chrétienne ».

L’article en question est intitulé « Histoire juive secrète de David Bowie » : une histoire ô combien secrète, puisque pratiquement personne n’en parle et puisque l’intéressé n’a jamais été juif. On pourrait tout aussi bien évoquer son histoire bouddhique secrète, ou son histoire chrétienne secrète (un peu moins secrète, tout de même).

Il se sera passionné un temps pour la Kabbale comme d’autres pour la philatélie, les orchidées ou les mangas, et puis voilà.

Il semble que son salut nazi, un jour dans une gare de Londres, soit un mythe propagé à partir d’une malencontreuse photo ratée (voir le site de TF1). En revanche, Bowie aurait bel et bien flirté un moment avec l’imagerie néo-nazie.

vendredi 8 janvier 2016

Gilbert Bécaud, israélite ?

Dans la catégorie variété française, après Dalida, Yves Montand, Charles Aznavour, Serge Lama, Carlos, Julien Clerc, Alain Souchon, Laurent Voulzy et Mylène Farmer, voici venu le tour de Gilbert Bécaud.

Mé qué, mé qué ? Dans quelle tête de bois a bien pu germer cette idée stupide qu’il serait juif ? Et maintenant, il faut faire avec. Non pas que cette idée me dérange. Mon sentiment à ce sujet est plutôt l’indifférence. L’important, c’est la rose.

Gilbert Bécaud est né à Toulon sous le nom de François Gilbert Léopold Silly. Il est mort à Boulogne-Billancourt, où existe justement une rue de Silly.

Or, figurez-vous, chers lecteurs, que Silly, un patronyme surtout répandu dans lEure-et-Loir, n’est pas un nom indiquant une ascendance juive.

Passons sur le fait que les deux épouses successives de François Silly, alias Gilbert Bécaud, nétaient vraisemblablement pas juives, à en juger par leurs noms : Monique Nicolas, et Cathryn Lee St. John. Se marier avec une personne non juive est certes une chose courante chez les personnalités juives du show-business. 

Cependant, avoir un conjoint non juif, ou plusieurs successivement, est chose courante également chez les vedettes de la scène, de la télévision et du cinéma qui ne sont pas juives. Mais oui, mais oui. 

On peut raisonnablement supposer que si l’auteur de la chanson « Les Croix » avait été juif, ses obsèques n’auraient pas eu lieu en l’église de La Madeleine, à Paris... ni dans aucune église. 


Sources : Wikipedia, rfimusique.com, Geneanet.