lundi 20 avril 2015

Laurent Voulzy, pas plus juif que Julien Clerc

Selon toute apparence, quand un chanteur de variété a une bonne bouille bien sympathique et des cheveux bruns frisés, beaucoup de gens ont tendance à supposer qu’il est juif.

Après avoir dit ce qu’il en était de Carlos, de Julien Clerc et dAlain Souchon (pourtant pas si brun), il était temps que je m’intéresse au cas de Laurent Voulzy.

Laurent Voulzy, de son vrai nom Lucien Gerville-Reache, est le fils de Lucien Gerville-Reache et de Marie-Louise Voulzy, tous deux antillais, et le petit-fils de Gaston Gerville-Reache (Geneanet). Chez ses parents, « on parl[ait] et on mange[ait] créole » à la maison (Wikipedia). Il est cousin avec Pascal Légitimus (ibid.).

Lucien Gerville-Reache, alias Laurent Voulzy, a donc reçu comme prénom le prénom de son père, une chose qui ne se fait jamais chez les Juifs.

Accessoirement, il apparaît que ni Gerville, ni Reache, ni Voulzy ne sont des patronymes portés par des Juifs.

En outre, d’après Wikipedia, sa mère l’aurait confié à une nourrice pendant plusieurs années. Une mère juive n’aurait évidemment jamais fait une chose pareille.

Au cours de sa carrière, le chanteur s’est impliqué notamment aux côtés d’ATD Quart Monde, une association caritative catholique, à laquelle il a dédié la chanson Jésus sur l’album Avril, « tenant ainsi une promesse faite à feu le Père Joseph Wresinski, fondateur de l’association » (ibid.).

Enfin, on sait qu’en 2010, il s’est remarié à l’église (ouest-france.fr).

samedi 11 avril 2015

Jacques Villeret, juif dans un film

Voici un dialogue entre Jacques (Jacques Dutronc) et Simon (Jacques Villeret) dans le film Le Bon et les méchants de Claude Lelouch (1976) :

– T’es juif, toi ?
– Un peu, ouais…
– Et comment elle l’a su ?
– Tu veux que je te fasse un dessin ?

Inutile, je suppose, d’aller chercher ailleurs la raison pour laquelle un bruit a couru que le regretté Jacques Villeret était juif. Une fois de plus, les gens auront confondu l’acteur avec son personnage (comme pour Henri Guybet dans Rabbi Jacob, et peut-être aussi pour Vincent Cassel dans La Haine par exemple).

Et dès lors, peu importent les rôles qu’il tiendra par la suite, car toute rationalité disparaît dès qu’il est question des Juifs.

Jacques Villeret est né en Touraine sous le nom de Jacky Boufroura, d’un père algérien d’origine kabyle, Ahmed Boufroura, et d’une mère française, Annette Bonin (Wikipedia).

Ses parents se séparent rapidement et il est élevé par le nouveau mari de sa mère, Raymond Villeret. Il découvrira seulement à l’adolescence que celui-ci n’est pas son père biologique. Cependant, il ne s’appellera officiellement Villeret qu’à l’âge de quarante ans (ibid.).

Selon certaines sources, pas nécessairement fiables, Jacky Boufroura aurait d’abord reçu comme prénom Mohammed. Par ailleurs, un certain Ahmin Boufroura, Kabyle de confession chrétienne, s’est longtemps fait passer pour son demi-frère.

Toujours est-il que Bonin et Villeret ne sont pas plus juifs que Boufroura (et aucun Juif ne se prénomme Ahmed ni Ahmin).

Mais surtout, les funérailles de Jacques Villeret ont eu lieu dans une église, et sa tombe s’orne d’un crucifix (lanouvellerepublique.fr).