mercredi 15 janvier 2014

Franco de port et d’emballage

En Espagne, au temps de l’inquisition, les Juifs qui n’ont pas pu rechercher des cieux plus cléments se sont convertis, un bon nombre d’entre eux restant secrètement fidèles à leur identité. Il existe aujourd’hui encore des Espagnols et même des Français méridionaux qui se savent ou se supposent descendants de marranes, et selon certains, c’est ce qui expliquerait que le général Franco, pendant la Seconde Guerre mondiale, ait pris des mesures particulières pour protéger les Juifs pénétrant en territoire espagnol (voire pour en accueillir ?)

Ainsi, Alexandre Adler, qui passe auprès de nombre de naïfs pour un vrai historien, évoquait un jour à propos de Franco, « né dans une famille de marins », une « origine juive-nouvelle-chrétienne » (sic) qui serait « un secret de Polichinelle ».

De tels propos n'ont pas beaucoup de sens. Tout d’abord, la notion d’origine(s) juive(s) est vague : pour avoir une « origine juive », combien faut-il avoir de parents, de grands-parents ou d’arrière-grands-parents juifs ? À combien de générations faut-il remonter ? Du côté de la mère, du côté du père, ou des deux côtés ?

Je lai déjà écrit, la judéité n’est pas un gène qui se baladerait entre les générations, tantôt visible et tantôt caché, sans qu’aucune tradition religieuse et culturelle ne l’accompagne.

En outre, en Espagne, les descendants des marranes étaient voués tôt ou tard à renoncer à leur identité secrète et à s’assimiler complètement au reste de la population. Dans ce contexte, que peut signifier l’expression « nouvelle-chrétienne »? Et quel rapport avec les marins ? De surcroît, bien rares, ce me semble, ont été les familles juives qui s’y sont installées ou réinstallées depuis la fin du XVe siècle. 

Francisco Franco y Bahamonde, dont la mère était « une femme très pieuse » (Wikipedia), fut baptisé dans la paroisse San Francisco du quartier des officiers de Ferrol le 17 décembre 1892. Tout ce que l’on sait de lui indique clairement qu’il était catholique de confession, de culture et de naissance.

Sans compter que durant son règne, lEspagne ne reconnaissait pas Israël et abritait l’ignoble Darquier de Pellepoix, ancien commissaire aux Affaires juives, condamné à mort par contumace à la Libération.

Peut-être Franco se connaissait-il des origines (cest-à-dire des ancêtres) marranes, comme la rumeur le dit. C’est possible. Mais l’idée qu’il l’ait été lui-même n’est que déraison.

1 commentaire:

  1. Le nom Franco , indiquent origine géographique , ce qui est très fréquent dans la patronymie Juive , il est tré vraisemblable qu 'un lointain ancêtre mâle de Franco était un "converso".
    De même que tous les Français nommé David, Lyons , Picard , Bédarrides, Mossé etc ..

    RépondreSupprimer