mercredi 27 février 2013

Stéphane Hessel, l’indigne faux Juif et vrai non-juif

Ancien ambassadeur ? Était-ce un critère de moralité ? Le nazi Otto Abetz était lui aussi ambassadeur. Résistant ? De nombreux antisémites ont été résistants. Michel Droit, qui rendait les Juifs responsables de lantisémitisme, était un ancien résistant.

« Grand résistant » ? On aimerait savoir ce qui pourrait justifier un tel superlatif. Qui veut sy coller ?

Ancien déporté ? Le négationniste Paul Rassinier était lui aussi un ancien déporté, dans le sens où lui aussi avait été interné à Buchenwald. Mais entre être interné comme opposant politique dans un camp de concentration et être déporté en tant que Juif dans un camp d’extermination, il y avait un monde. Cela n’avait tout simplement rien à voir.

Co-rédacteur de la Déclaration des droits de l’homme ? Mensonge, il n’y a joué aucun rôle et n’en a pas rédigé le moindre mot (voir ses propres paroles à ce sujet).

Quant aux origines juives, il suffit de lire les autres articles du présent blog pour comprendre avec quelle facilité une partie du public peut avoir tendance à en affubler à tort telle ou telle personnalité.

Autant de fausses qualités instrumentalisées, avec la complicité de l’intéressé, pour conférer un statut moral à un individu qui surfait sur la vague de l’idéologie à la mode, comme le rappelle Gilles William Goldnadel qui a très bien démonté les impostures de Stéphane Hessel dans son petit ouvrage intitulé Le vieil homme m’indigne (J.-C. Gawsewitch, 2012).

Mais voilà, limposture, lhypocrisie et la haine sont tellement mieux acceptées quand elles émanent d'une personnalité connue pour être « de gauche »... Tout est dans l’étiquette !
 
L’article de Wikipedia consacré à cet escroc a été modifié dans le mauvais sens. « Né allemand de famille d’origine juive » (sic) : cest faux. Les parents de son père étaient des Juifs convertis, mais sa mère n’était pas du tout d’origine juive. Quel que soit le critère retenu, un chrétien fils d’une chrétienne sans origines juives et dun chrétien lui-même fils de chrétiens d’origine juive, donc né de deux parents non-juifs, n’est absolument pas un Juif.

samedi 23 février 2013

Joëlle et Jean-Paul Kauffmann, juifs ou bretons ?

... ou si l'on préfère : juifs ou cathos ?


Le journaliste et écrivain Jean-Paul Kauffmann est né dans la Mayenne et a grandi en Bretagne. Il a été enfant de chœur dans un village breton et pensionnaire dans un collège religieux. Ses parents étaient boulangers-pâtissiers à Corps-Nuds, au sud de Rennes. Le JDD (lejdd.fr) évoque « la figure dominatrice du curé ».

Crédit photo : Ji-Elle
Si certains se sont imaginé que ce « grand lecteur de la Bible » était juif, c’est bien évidemment en raison de son patronyme germanique. Certes, ce nom peut être porté par des Juifs, mais peut-être plus souvent avec une orthographe polonaise (Kaufman). Toujours est-il quen France, les Kauffmann sont généralement d’origine alsacienne et de confession catholique.

Quant à son épouse Joëlle Kauffmann, née Brunerie, elle est née en Bretagne en 1943 « dans une famille catholique où l’on ne plaisantait pas avec la discipline. Les filles faisaient leur scolarité chez les sœurs […] » (France-Culture). Sur le site internet de Télérama, on évoque « la notion chrétienne de sacrifice dont elle fut baignée » (sic).

Les prénoms les plus répandus chez les Brunerie, un nom français, sont Jean, Jacques, Pierre, Antoine, François et Hilaire pour les hommes, et pour les prénoms féminins, Marie, Jeanne, Françoise, Léonarde, Anne et Catherine (genealogie.com).

Et cependant, les activités de Joëlle Kauffmann lui ont valu de recevoir, durant sa carrière de gynécologue, de nombreuses lettres antisémites (généralement anonymes, cela va de soi).

Bien évidemment, dans l’esprit malade des adversaires de la légalisation de l’avortement, une gynécologue qui est brune, qui pratique des IVG et qui porte un prénom d’origine hébraïque et un nom en « mann », ne peut qu’être juive.

jeudi 21 février 2013

Goldberg, c’est juif, oui ou non ?

Ce monsieur un peu mythomane évoqué précédemment, qui prétendait recenser les compositeurs juifs du passé et affirmait que Schubert était du nombre, incluait bien évidemment Johann Gottlieb Goldberg dans sa liste.

Johann Gottlieb Goldberg, c’est ce musicien qui devait jouer à un comte sujet à des insomnies une œuvre de son contemporain Johann Sebastian Bach à laquelle la postérité a donné son nom : les Variations Goldberg.

Goldberg, tout comme Rosenberg, est d’abord un toponyme et un patronyme germanique (Wikipedia), ce qui signifie que ce nom peut fort bien ne pas être porté uniquement par des Juifs.

J’ignore si des Juifs s’appelaient déjà Goldberg vers le début du XVIIIe siècle. On peut se le demander, sachant que les patronymes germaniques chez les Juifs datent généralement dun édit promulgué par lempereur Joseph II en 1787. En outre, Goldberg fait typiquement partie des noms que les fonctionnaires de lEmpire austro-hongrois ont accordés aux Juifs les plus fortunés dans le cadre de cet édit.

De surcroît, il me semble qu’un Juif qui aurait porté ce nom à cette époque ne se serait sans doute pas prénommé Johann Gottlieb, mais plutôt Elias, Isaac ou Issachar, par exemple, ou encore Moses ou Mendel.

La première information que nous donne Wikipedia à propos de Johann Gottlieb Goldberg est qu’il fut baptisé le 14 mars 1727 (année de sa naissance) à Gdańsk (certains diraient Dantzig).

Ce Goldberg là nétait donc évidemment pas juif.

vendredi 15 février 2013

John Galliano, pas plus juif que l’abbé Galiani

Pour discréditer ceux qui dénoncent les propos et les actes à caractère antisémite, deux techniques sont couramment utilisées aujourd’hui. L’une consiste à rendre la victime juive moins juive, ou moins victime. C’est Jean-Marie Le Pen inventant que le monsieur dont le cadavre avait été déterré par des voyous, dans un carré israélite, aurait été « un membre du Front National ». Ce sont nos élites dirigeantes qui, lorsqu’un jeune Juif est tabassé par la racaille parce qu’il portait une kippa, supposent que ce sont des « heurts entre bandes rivales ». 

L’autre technique, c’est l’inverse : faire passer le coupable pour aussi juif que sa victime. En fait, c’est presque le même procédé. Par exemple, on ira sans vergogne prétendre sur un plateau de télévision qu’Hitler était peut-être juif. Ou bien, quand un couturier alcoolique et toxicomane, salarié d’une firme française bien connue, est interpellé pour violences et insultes à caractère antisémite, on fera courir le bruit que ce personnage est juif lui-même. 

Toutefois, concernant Galliano, il n’est pas impossible que le ragot en question trouve son origine dans la lecture trop superficielle d’une phrase comme celle-ci : « Dans une interview accordée  à YNetNews, il explique qu’il est lui-même de confession juive […] » (public.fr/News)

En étant plus attentif, on constate que ce n’est pas de Galliano qu’il est question mais de son avocat, Stéphane Zerbib, lequel s’autorise de sa propre judéité pour dédouaner son client de tout antisémitisme : « […] Stéphane Zerbib, l’avocat de John Galliano semble tenir bon. Dans une interview accordée  à YNetNews, il explique qu’il est lui-même de confession juive et qu’il n’a jamais ressenti aucune forme de préjugé chez son client […] »

Si c’est un monsieur Zerbib, lui-même juif, qui soutient que Galliano n’est pas antisémite, alors c’est forcément vrai. De même que si c’est Noam Chomsky, lui-même juif, qui déclare qu’il n’y a aucune trace d’antisémitisme dans les écrits de Robert Faurisson, ou si c’est Shlomo Sand, lui-même juif, qui affirme que le peuple juif est une invention… Etc., etc. On connaît la chanson.

Revenons à nos moutons. John Galliano, ou Juan Carlos Antonio Galliano, est né d’un père anglais d'origine italienne, Joseph John Galliano (donc, John fils de John, voir à ce propos ma remarque dans mes articles antérieurs), et d’une mère espagnole, Anita Guillén, et il a deux sœurs plus âgées, Rosamaria et Immaculada (Wikipedia et chabaneldistrict.com). J’ai failli écrire que des Juifs n’appellent pas leur fille Immaculada, mais il est vrai qu’un jour, un certain Emil Jellinek, fils de rabbin, avait appelé sa fille Mercedes…

Disons que lorsqu’un Anglais de mère espagnole, drogué et alcoolique, et ayant hérité dun des prénoms de son père, s’écrie sur la voie publique « I love Hitler », il y a très peu de chances, mais vraiment très peu, qu’il soit juif.