vendredi 25 janvier 2013

Les Miss France sont-elles juives ?

Miss France 1998 s’appelait Sophie Thalmann. L’année suivante, la nouvelle élue se prénommait Rachel (Legrain-Trapani). En 2006, nous avons eu Alexandra Rosenfeld, en 2011, Laury Thilleman (ah, les noms en « man » et en « mann »...) et en 2012, Delphine Wespiser.

C’est plus qu’il en fallait pour faire fantasmer un certain nombre de gens, aussi bien des Juifs que des antisémites, qui semblent ignorer que les patronymes germaniques sont très courants en Alsace et en Lorraine, et même dans presque tout le quart nord-est de la France (sans compter les descendants dAlsaciens ayant migré après 1870).

Sur Internet, des détraqués qui ne voient plus cette institution qu’à travers le prisme délirant de leur antisémitisme vous expliquent que Geneviève de Fontenay est juive, que la société Endemol est dirigée par des Juifs et que les élues du concours sont invariablement des Juives !

Sophie Thalmann n’est pas juive du tout, ni de père ni de mère, et Delphine Wespiser non plus. Valérie Bègue, pas davantage. La première est lorraine, la seconde alsacienne. J’ignore pourquoi la troisième, qui est réunionnaise et n’a pas un nom germanique, a fait l’objet du même fantasme. Concernant Laury Thilleman, il n’y a pas de mystère, tout est dans le « man ».

Par la suite, il y a eu aussi Camille Cerf. On sait que ce patronyme est souvent porté par des Juifs, surtout lorsqu’il s’agit de la francisation de Hirsch. Cependant, cest aussi un nom français porté par des non-juifs, tout comme Cheval, Merle ou Renard. En l’occurrence, la blonde Miss France 2015, issue de lécole Jeanne d’Arc et de létablissement scolaire Sainte-Anne de Coulogne, sa ville d’origine, est une Chti de confession chrétienne.

Parmi toutes les Miss citées dans cet article, seule Alexandra Rosenfeld a un parent juif (son père). 

Au début des années quatre-vingt, il se trouvait encore en France pas mal de crétins pour affirmer que « les Juifs tiennent la banque »… alors que ce secteur était nationalisé à 95 % ! Plus récemment, j’ai aussi entendu affirmer qu’il fallait être juif pour pouvoir faire carrière à la télévision, au théâtre… et même dans les métiers de l’orgue. J’ai cherché, parmi les organistes et les facteurs dorgues, qui pouvait être juif, et je n’ai trouvé personne : pas même Daniel Roth, ni Jean-Jacques Grunenwald, et pas davantage Jacques Kauffmann, ni le facteur d’orgues Xavier Silbermann !

En Pologne, ils sont encore des dizaines de milliers à se plaindre que les Juifs occupent tous les bons postes dans leur spécialité, alors même qu’il reste seulement quelques milliers de Juifs dans tout le pays, en comptant les enfants, les adolescents, les retraités, les impotents et les femmes au foyer. Cherchez lerreur.

Aussi, je ne m’étonne plus de constater que même lorsque c’est de beauté féminine qu’il s’agit, on retrouve la même rengaine : la rengaine des ratés qui ont une explication toute simple et toute prête au fait que d’autres réussissent, et pas eux.

3 commentaires:

  1. Certains ont parlé de Rachel Legrain-Trapani. Pour deux (mauvaises ?) raisons :
    1. le prénom Rachel mais surtout celui de son frère Ruben. Pour autant, Rachel est passé dans le domaine catholique depuis bien longtemps et Ruben est très courant plus au nord du Nord (terre natale des Legrain), aux Pays-Bas. De plus, les occurences du nom Legrain se retrouvent majoritairemnt au Nord-Pas de Calais d'où sont originaire Rachel et sa famille.
    2. le second nom car c'était à Trapani que vivaient la plupart des juifs de Sicile. Il y avait bien un grand ghetto à Trapani.
    La science antisémite des noms veut que celui qui porte le nom d'une ville, suivi ou non du suffixe -er, est juif. En plus de tous les -berg, -witz, -mann, -thall, -stein ainsi que les -ski et les -vich, sans oublier ceux qui portent de noms animaliers, bien entendu.
    En réalité, près du tiers de noms français et de très nombreux noms européens sont eux-même généralement des noms de lieux, dont ceux de nombreuses villes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas qui vous êtes, mais votre érudition est impressionnante !

      Supprimer
    2. Je suis moi-même sidéré! Quand même!

      Supprimer