jeudi 21 novembre 2013

Che Guevara, juif et cousin avec Ariel Sharon ?

Sur le tard, la mère de « Che » Guevara lui aurait appris qu’elle était juive. Ernesto Guevara se serait alors rendu en Israël à la recherche de ses racines. Il aurait même été le cousin d’Ariel Sharon. C’est du moins ce qu’a prétendu un jour le journal israélien Maariv.

Selon toute vraisemblance, cette rumeur, relayée par un journal, d’une origine juive de Che Guevara et d’un lien de parenté avec Ariel Sharon, n’était au départ qu’un poisson d’avril concocté pour faire la nique à tous ces gauchistes du monde entier dont le premier était lidole et le second, la bête noire.

Ernesto Guevara de la Serna était le fils dErnesto Guevara Lynch et de Celia de la Serna, « tous deux d’ascendance irlandaise et espagnole noble », peut-on lire sur Wikipedia, qui insiste sur le fait que ses parents étaient « de lignée aristocratique » (donc, pas juifs). 

Petit boucher deviendra viande
Mais surtout, nous avons un Ernesto, fils dErnesto : or, comme je l’ai déjà précisé maintes fois, chez les Juifs on ne donne jamais à un fils le prénom de son père. 

Par ailleurs, on peut lire dans une biographie de Celia de la Serna que les parents de celle-ci étaient « très anticléricaux ». Ce terme sapplique plutôt aux chrétiens. Qualifier ainsi des Juifs, qu’ils soient religieux ou athées, naurait pas vraiment beaucoup de sens.

En 1921, après avoir perdu ses deux parents, Celia fut prise en charge par sa sœur aînée Carmen. Ce prénom, [Maria del] Carmen, est encore un signe clair que nous avons affaire à une famille de culture chrétienne. En outre, Celia, alors qu’elle effectuait sa scolarité au lycée français du Sacré-Cœur, à Buenos Aires, exprima son désir de devenir nonne.

Comment une Juive aurait-elle pu songer à devenir nonne ?

Il est même précisé que la future mère du « Che » était au départ une « catholique militante ».

Le « petit boucher » (el carnicerito) était donc juif comme je suis japonais, et il était cousin avec Ariel Sharon comme je suis cousin avec le dalaï-lama.

mardi 8 octobre 2013

Josiane Balasko… vić, pas lovitch.

De Marie-José Nat à Sophie Marceau, toutes les actrices ayant joué le rôle d’une Juive dans un film passent pour juives, surtout dans l’esprit… de ceux qui n’en ont pas. Josiane Balasko ne fait pas exception. 

Dans le film « Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents communistes » de Jean-Jacques Zilbermann, excellent metteur-en-scène mais douteux réalisateur et scénariste, elle jouait le rôle d’une Juive communiste rescapée de la Shoah, censée être la mère de Zilbermann et qui, de façon peu crédible, invoquait Auschwitz à la moindre dispute avec son mari et tombait en pâmoison devant les chanteurs de l’Armée rouge.

Josiane Balasko a été un moment mariée avec le frère de Richard Berry, ce qui peut aussi alimenter la rumeur qui nous occupe : pour bon nombre de simplets, une femme qui porte un nom étranger et qui épouse un Juif est nécessairement juive. 

Balasko serait un nom de famille hongrois (genealogie.com), mais Josiane Balasko s’appelle en réalité Josiane Balasković et elle est née dans une famille yougoslave. Elle est d’origine croate du côté paternel comme du côté maternel. Ses parents tenaient un modeste troquet à Saint-Ouen. Quoi qu’il en soit, le nom Balasković n’est pas plus juif que la personne qui le porte.

dimanche 6 octobre 2013

Et Danielle Mitterrand, elle met les Juifs dans le papier alu?

J’ai découvert récemment cette invraisemblable rumeur (une de plus) : Danielle Mitterrand, l’épouse de François Mitterrand, née Danielle Émilienne Isabelle Gouze, aurait été juive.

Comment expliquer un commérage aussi ridicule ? Est-ce que quelques désaxés auraient fait un lien entre son nom de jeune fille, Gouze, et un journaliste gauchiste (pardon pour le pléonasme) du nom de Gouz, dont quelqu’un avait remarqué un jour qu’il avait un nez aquilin et des cheveux frisés ?

Ou bien, serait-ce parce que sa sœur a épousé Roger Hanin, né Lévy ? Tout est possible. On peut imaginer que certains détraqués raisonnent, ou plutôt déraisonnent, par des syllogismes comme celui-ci : les Juifs ne se marient qu’entre eux, Roger Hanin est juif, donc sa femme est forcément juive, ce qui implique que la sœur de sa femme le soit aussi.

En réalité, la moitié des Juifs épousent des non-juifs, et il semblerait, de surcroît, que Roger Hanin se soit converti à la religion catholique avant dépouser la sœur aînée de Danielle Mitterrand, Madeleine Gouze alias Christine Gouze-Rénal.

La mère de Danielle Mitterrand s'appelait Renée Flachot et les autres noms qui apparaissent dans son arbre généalogique sont Lamarche, Roussotte et Gaillard. Du côté du père, Antoine Gouze, on trouve des Laventurier, des Chachuat, des Rougelet et des Chavet.

Les racines de l’épouse de François Mitterrand étaient essentiellement bourguignonnes, et un peu corréziennes, comme nous l’explique Jean-Louis Beaucarnot qui est une référence en matière de généalogie et dont on lira, pour plus de détails, l’article qu’il lui a consacré.

mercredi 25 septembre 2013

Cecilia Ciganer-Albéniz-Sarkozy-Attias… juive ou catho ?

Ciganer… Peut-on ne pas être juif avec un nom qui commence comme les cigares de Davidoff, qui sonne comme Trigano et qui se termine comme Kouchner ? Et si, en plus, Cecilia María Sara Isabel Ciganer-Albéniz sappelle maintenant Cécilia Attias, alors aucun doute nest plus permis !

« Son père, André Ciganer, de son vrai nom Aron Chouganov, […] est issu pour moitié d’une famille de propriétaires terriens juifs de Bessarabie et pour autre moitié de Tziganes de Moldavie », nous dit le site imaginatif Wikipedia, et le rédacteur d’ajouter : « d’où le nom Chouganov/Ciganer ». Comprenne qui pourra.

Comme autres indices du même acabit, nous avons le fait quelle soit une descendante du compositeur Albéniz, prénommé Isaac, et le fait quelle ait successivement épousé Jacques Martin, puis Nicolas Sarkozy (pour savoir ce que valent ces indices, cliquez sur ces noms), et enfin, Richard Attias : sans doute un indice très probant aux yeux de certains obsédés.

La mère de Cécilia, Diane Teresita Albeniz de Swert, était la fille d’un ambassadeur espagnol et de Rosaline de Swert, d’Anvers, elle-même issue d’une famille de diplomates, et la petite-fille du compositeur Isaac Albéniz (du côté de son père). Elle n’était pas juive.

Cécilia a donc trois grands-parents non juifs (y compris sa grand-mère maternelle). Avec cela, elle nest juive selon les critères daucun rabbin, et elle ne lest pas davantage selon les critères de Pétain ni des nazis. Par ailleurs, elle a effectué toute sa scolarité dans une institution catholique et elle a précisé à des journalistes qu’elle avait été élevée dans la religion catholique. Qui dit mieux ?